Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


older | 1 | .... | 179 | 180 | (Page 181) | 182 | 183 | .... | 265 | newer

    0 0


    Nuit et brouillard
    1955 - 31 min
    Mp4 | H.264 | 638x464 | AAC | 301,5 Mo





    Nuit et brouillard
    1955

    Réalisateur: Alain Resnais
    Assistant réalisateur: André Heinrich
    Auteur du commentaire: Jean Cayrol
    Michel Bouquet: La voix du narrateur

    La caméra nous montre ce qui reste des camps de concentration nazis où les déportés vivaient et mouraient. Voici la « chambre à gaz » camouflée en salle de douche, le « four crématoire », curiosité des touristes. Des documents d'époque montrent ensuite comment étaient alimentés ces camps. De tous les pays occupés partaient des trains entiers où, comme des bestiaux, on entassait hommes, femmes, valides ou non, dont les places étaient préparées derrière les barbelés électrifiés. Une fois franchie la porte où s'inscrivaient les mots « Nuit et brouillard », ceux qu'on ne désignait pas pour une mort immédiate, parce qu'ils avaient la force de travailler, tombaient sous la loi du détenu de droit commun au-dessus duquel régnaient le « SS » et, chef suprême, le commandant du camp. Là, tout était prétexte aux bourreaux pour tuer chez le déporté l'âme en même temps que le corps. Tout était récupéré pour servir à la victoire ; les objets, les cheveux pour faire du tissu, les os pour expérimenter des engrais nouveaux, les corps vivants ou morts pour faire progresser la science ; la peau, pour des spécimens rares d'articles de luxe. L'expérience devait être si convaincante que les grosses industries reprirent l'idée à leur compte et eurent leurs propres camps, hors du contrôle des « SS ». Quand les Américains arrivèrent, les fours crématoires n'avaient pas terminé leur office : il fallut déblayer le terrain au bulldozer pour pousser les montagnes de cadavres vers la fosse.

    ---
    Film complet

    ---



    Lien de téléchargement: http://uptobox.com/jd57k7ptt6xh
    Lien de streaming: http://uptostream.com/jd57k7ptt6xh


    0 0


    Toute la mémoire du monde
    1956 - 21 min VFrStEng incrustés
    Mp4 | H.264 | 560x416 | AAC |





    Toute la mémoire du monde
    1956

    Réalisateur: Alain Resnais
    Assistants réalisateur: Jean-Charles Lauthe et André Heinrich
    Auteur du commentaire: Remo Forlani

    Distribution:

    Jacques Dumesnil • François-Régis Bastide • Paulette Borker • Benigno Caceres • Juliette Capulo • Monique Le Porrier • Dominique Raoul-Duval • Joseph Rovan • Agnès Varda • Lucia Bosé

    L'organisation au sein de la Bibliothèque Nationale, mémoire du monde.


    ---
    Film complet
    ---

    Lien de téléchargement: http://uptobox.com/fidhyonlv8o4



    0 0


    Le chant du Styrène
    1958 - 13 min
    Mp4 | H.264 | 672x272 | AAC | 






    Le chant du Styrène
    1958 - 13 min
    ---
    Film complet
    ---


    Le chant du Styrène
    1958


    Réalisateur: Alain Resnais
    Assistant-réalisateur : Martin-Pierre Hubrecht
    Scénario : Raymond Queneau
    Auteur du commentaire: Raymond Queneau


    Distribution:

    Pierre Dux : Narrateur
    Sacha Vierny : L'ouvrier


    Du bol en plastique au pétrole, toute la chaîne industrielle conduisant à la fabrication des objets en plastique.






    Lien de téléchargement: http://uptobox.com/1x0lvhf9jy6l
    Lien de streaming: http://uptostream.com/1x0lvhf9jy6l


    0 0


    La maudite galette
    1972 - 1hre 41
    Mp4 | H.264 | 1280x542 | AAC | 1,3 Go
    ou
    MKV | H.264 | 1280x542 | AAC |  2,9 Go | StEng (VobSub)




     photo aff_maudite_galette-2.jpg
    La maudite galette
    1972 - 1hre 41
    ---
    Court extrait
    ---
    Réalisateur: Denys Arcand
    Assistant réalisateur: André Corriveau
    Scénariste: Jacques W. Benoît

     photo maudite_galette-1.jpg

    Distribution:

    Luce Guilbeault (Berthe)
     photo maudite_galette-2.jpg
     photo maudite_galette-7.jpg photo maudite_galette-8.jpg

    Marcel Sabourin (Ernest)
     photo maudite_galette-3.jpg

    René Caron (Roland Soucy)
     photo maudite_galette-5.jpg


    Gabriel Arcand (Ti-Bi)
     photo maudite_galette-4.jpg

    J.Léo Gagnon (Oncle Arthur)
    J.P. Saunier (Rosaire)
    Julien Lippé (le père)
    Hélène Loiselle (la mère)
    Attila Dory (le photographe)
    Maurice Gauvin (l'homme aux baques)
    Andrée Lalonde (la blonde)
    Denys Arcand (un détective)
    Bernard Gosselin (un détective)

     photo maudite_galette-6.jpg

    L'oncle Arthur vient remettre à son neveu Roland et à la femme de celui-ci, Berthe, une certaine somme d'argent pour aplanir les difficultés du ménage. L'oncle est invité à dîner, mais au cours du repas, une discussion s'élève entre lui et Berthe qui, agressive et envieuse, le jette dehors. Roland est navré, mais n'ose rien dire, car il subit la domination de sa femme. Berthe projette alors d'aller avec son mari et ses deux frères cambrioler la maison de l'oncle, isolée en pleine campagne. Berthe torture l'oncle pour lui faire dire où est son magot.

     photo maudite_galette-9.jpg photo maudite_galette-10.jpg
     photo maudite_galette-11.jpg photo maudite_galette-12.jpg

    Mais un mystérieux visiteur fait irruption dans la demeure et massacre un par un les intrus. Ce n'est autre que le domestique de Roland et de Berthe. Il fait avouer à l'oncle la cachette du magot, s'en empare et incendie la maison. Puis, il prend la fuite, mène grande vie et commet plusieurs crimes sur son passage. Poursuivi par la police, il se réfugie chez ses parents, où il sera abattu par Berthe qu'il avait épargnée pour devenir son amant. Ce sont les parents d'Ernest qui profiteront de l'argent pour faire un voyage en Floride.

     photo maudite_galette-13.jpg

    Mp4 | H.264 | 1280x542 | AAC | 1,3 Go

    MKV | H.264 | 1280x542 | AAC |  2,9 Go | StEng (VobSub)

     photo maudite_galette-14.jpg

    0 0


    Viviane Audet
    Le long-Jeu (2006)










     
    Le long jeu


    01 - J'ai rien a dire
    02 - Guerre de 3 et demi
    03 - Une poussiere dans l'oeil
    04 - Si j'avais les ongles plus longs
    05 - Ton ventre
    06 - J'etais meme pas la
    07 - Pacrourir amere
    08 - Chanson de bord de mer
    09 - Juste si c'etait vrai
    10 - L'aquarium
    11 - Bonne humeur
    12 - Ton ex
    13 - Bruits d'bureau
    14 - Disfonctionnaire
    15 - La fenetre




    ---

    ---

    Flac | 313 Mo


    0 0


    Au soleil de Marseille
    1937 - 1hre 09
    DivX 5,0 | 640x480 | Mp3 | 820 Mo



     photo aff_soleil_marseille-2.jpg
    Au soleil de Marseille
    1937 - 1hre 09
    ---
    Mireille Ponsard
    ---
    Réalisateur: Pierre-Jean Ducis
    Auteurs de l'oeuvre originale: Audiffred, Marc Cab et Charles Tutelier

     photo soleil_marseille-1.jpg

    Distribution:

    Mireille Ponsard (Mimi Cassis)
     photo soleil_marseille-5.jpg
     photo soleil_marseille-6.jpg photo soleil_marseille-7.jpg

    Henri Garat (Henry)
     photo soleil_marseille-2.jpg

    Fernand Charpin (Cassis)
     photo soleil_marseille-3.jpg

    Germaine Sablon (Ginette)
     photo soleil_marseille-4.jpg

    Carole Devère (Simone Meulenbeek)
     photo Carole Devere.jpg

    Gorlett (Fenouil)
    Zizi Festerat (Meulenbeek)
    Mado France (Maricke)
    H. Henry (Jeff)
    Charles Lemontier
    Robert Rips
    Rittche (Sidol)
    Henri Vilbert (Marius)

     photo soleil_marseille-10.jpg

    M. Cassis est directeur des usines de savon Savinien. Il a une petite amie à Paris. Sa fille est oourtisée par un employé de la maison, grand ami du football. Cassis va rendre visite à son amie. Pendant ce temps, Mimi Cassis et les employés de la maison abandonnent la savonnerie à son sort et s'en vont voir disputer à Bruxelles un match de football. Le malheur veut qu'ils tombent sur Cassis en personne qui le flanque à la porte. Le fiancé de Mimi fonde une maison concurrente au désespoir de Cassis. Finalement tout s'arrangera. Mimi épousera son fiancé et la maison Cassis prospérera de nouveau.

     photo soleil_marseille-12.jpg

    DivX 5,0 | 640x480 | Mp3 | 820 Mo

     photo aff_soleil_marseille-3.jpg


    Mireille Ponsard

    0 0
  • 12/20/15--05:06: Ducis-1943-Après l'orage

  • Après l'orage
    1943 - 1hre 19
    Xvid | 640x480 | Mp3 | 943 Mo



     photo aff_apres_orage-2.jpg
    Après l'orage
    1943 - 1hre 19
    ---
    Lysiane Rey et Suzy Prim
    ---
    Réalisateur: Pierre-Jean Ducis
    Scénaristes: Marc-Gilbert Sauvajon et Robert Petit
    Dialoguiste: Marc-Gilbert Sauvajon

     photo apres_orage-1.jpg

    Distribution:

    René Dary (René Sabin)
     photo apres_orage-2.jpg

    Jules Berry (Alex Krakow)
     photo apres_orage-4.jpg

    Fernand Charpin (Sabin)
     photo apres_orage-3.jpg

    Lysiane Rey (Odile)
     photo apres_orage-5.jpg

    Suzy Prim (Catherine Grand)
     photo apres_orage-6.jpg

    Gaston Orbal (Kri)
    René Alié (Olivier)
    Jean Daurand (Paul Cerdan)
    Lily Baron • Renée Reney • Jacques Tarride • Charles Blavette • Robert Berri • Andrée Prévot • René Charles • Allain Dhurtal • Edmond Castel • Nicolas Amato • Michel Marsay • Henry Bonvallet

     photo apres_orage-7.jpg

    René Sabin, ingénieur de son état, déçu par l'échec de ses projets, abandonne son village du Midi pour aller à Paris en compagnie d'amis.

     photo apres_orage-9.jpg photo apres_orage-11.jpg

    Dans la capitale, il se lie à des gens douteux, notamment Alex Krakow qui ne dédaigne pas les affaires louches. Au moment de la guerre, René rentre au pays, et retrouve avec joie sa fiancée.

     photo apres_orage-12.jpg

    Xvid | 640x480 | Mp3 | 943 Mo

    Lysiane Rey


    0 0
  • 12/20/15--05:18: Intermède


  • Aujourd'hui la télévision est v'nue nous voir
    Pour constater l'état du désespoir
    Une coupe de sans abri à la veille de Noël
    Ça c'est un beau sujet pour le show des nouvelles
    La caméra dans' face j'y faisais des grimaces
    Mais qu'est-cé qui font là à filmer ma carcasse?
    C'est pour un reportage sur les plus démunis
    J'voudrais savoir ton nom j'voudrais voir ton taudis
    J'habite pas d'en taudis j'm'appelle pas j'viens tout seul
    M'a t'mettre les points s'es "i" ou ben mon poing s'a yeul
    Golden Johnny travaille pour les yuppies
    Si j'avais l'droit d'voter ben j'voterais pas pour lui
    Y'a L'armée du salut pourquoi tu vis dans'rue?
    J'ai dit ben passe-moi' puck
    Pis j'vas en compter des buts

    M'a posé d'autres questions sur ma situation
    C'est d'intérêt public de savoir si j'me pique
    Tu bois-tu d'la robine, tu fouilles-tu dans'es poubelles?
    Épargne moi les détails sur ta vie sexuelle
    Bobette branlette canette Ginette
    Quêter manger j'm'en vas m'saouler
    Tu vas en savoir plus long si tu donnes un peu d'fric
    C'est comme le téléthon des alcooliques
    Y'a l'armée du salut pourquoi tu vis dans'rue
    J'ai dit ben passe-moi' puck
    Pis j'vas en compter des buts

    Le journaliste téteux a fait le tour du bloc
    Y a filmé juste un peu y a ramassé son stock
    Y'es rentré dans l'café y a demandé les shiottes
    Moi j'en ai profité pour y piquer son truck
    Ch't'aller m'chauffer les fesses au bureau du B.S.
    Mais on peut pas t'aider si t'as même pas d'adresse
    Ça fait qu'j't'aller m'checker un p'tit logement deux
    pièces
    On peut pas t'le louer t'as même pas d'B.S.

    Aujourd'hui la télévision est v'nue nous voir
    J'me sentais comme un rat dans un laboratoire
    Y'a l'armée du salut pourquoi tu vis dans'rue
    J'ai dis ben passe-moé 'a puck
    Pis j'vas en compter des buts

    0 0
  • 12/20/15--07:55: Borzage-1945-Pavillon noir

  • Pavillon noir 
    The Spanish Main
    1945 - 1hre 40 - VFr
    Xvid | 520x376 | Mp3 | 691,5 Mo


     photo aff_pavillon_noir-2.jpg
    The Spanish Main
    Pavillon noir 
    1945 - 1hre 40 - VFr
    ---
    Maureen O'Hara
    ---
    Réalisation : Frank Borzage
    Scénario : George Worthing Yates et Herman J. Mankiewicz
    D'après une histoire originale de Æneas MacKenzie

     photo pavillon_noir-1.jpg

    Distribution:

    Maureen O'Hara : Dona Francisca
     photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-1.jpg
     photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-2.jpg photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-3.jpg
     photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-4.jpg

    Paul Henreid : Le capitaine Laurent Van Horn
     photo pavillon_noir-2.jpg

    Binnie Barnes : Anna Bonnet
     photo pavillon_noir-3.jpg

    Walter Slezak : Le vice-roi Don Juan Alvarado
    John Emery : Mario Du Billar
    Barton MacLane : Le capitaine Black
    J. M. Kerrigan : Pillory
    Fritz Leiber : L'évêque
    Nancy Gates : Lupita

     photo Nancy Gates.jpg
     photo pavillon_noir-6.jpg photo pavillon_noir-8.jpg
     
    Jack La Rue : Le lieutenant Escobar
    Mike Mazurki : Swaine
    Ian Keith : Le capitaine Lussan
    Curt Bois : Paree
    Antonio Moreno : Le commandant
    Marcelle Corday : Señora Perez

     photo pavillon_noir-5.jpg

    Le capitaine hollandais Laurent Van Horn échoue sur les rochers de Carthagène des Indes qui appartient au Royaume d'Espagne. Le vice-roi Don Juan Alvarado jette en prison les immigrants hollandais qui voulaient rejoindre la Caroline du Sud.

     photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-5.jpg photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-6.jpg
     photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-7.jpg photo Maureen_o_Hara_pavillon_noir-8.jpg

    Après son évasion, le capitaine hollandais n’aura de cesse de se venger du vice-roi ; jusqu'à capturer sa fiancée Francisca et se marier avec elle. La passion se noue entre Laurent Van Horn et Dona Francisca... et il l’emmène sur l'île de la Tortue. Mais la pirate Anne Bonny est aussi amoureuse de Laurent Van Horn.

     photo pavillon_noir-9.jpg

    Xvid | 520x376 | Mp3 | 691,5 Mo

     photo gr_pavillon_noir-1.jpg
     photo gr_pavillon_noir-2.jpg photo gr_pavillon_noir-3.jpg photo gr_pavillon_noir-4.jpg
     photo gr_pavillon_noir-5.jpg photo gr_pavillon_noir-6.jpg photo gr_pavillon_noir-7.jpg
     photo gr_pavillon_noir-8.jpg


    Maureen O'Hara




    Binnie Barnes

    0 0
  • 12/20/15--09:05: Borzage-1948-Moonrise

  • Moonrise
    Le Fils du pendu
    1948 - 1hre 27 - VoStFr (.srt)
    Xvid | 608x448 | Mp3 | 721, 5 Mo



     photo moonrise-2.jpg
    Moonrise
    Le Fils du pendu

    1948 - 1hre 27 - VoStFr (.srt)
    ---
    Film complet en Vo
    ---

     photo moonrise-3.jpgMoonrise
    1948

    Réalisateur: Frank Borzage
    Assistant réalisateur: Lee Lukather
    Scénariste: Charles F. Haas
    Auteur de l'oeuvre originale: Theodore Strauss

    Distribution:

    Dane Clark : Danny Hawkins
    Gail Russell : Gilly Johnson
    Ethel Barrymore : Grandma
    Allyn Joslyn : Clem Otis
    Rex Ingram : Mose
    Harry Morgan : Billy Scripture
    Selena Royle : Tante Jessie
    Harry Carey Jr. : Jimmy Biff
    Irving Bacon : Judd Jenkins
    Lloyd Bridges : Jerry Sykes
    Tom Fadden : Homer Blackstone

    Danny est un jeune garçon. Son père a été condamné à mort par pendaison. Danny a une jeunesse difficile et n'arrive pas à s'intégrer dans la communauté sudiste où il vit. On lui rappelle sans cesse son hérédité, et il finit par tuer, en légitime défense, un de ses bourreaux. Il part vivre dans les marais et a le courage d'affronter son passé.


     photo moonrise-4.jpg
     photo moonrise-5.jpg photo moonrise-6.jpg
     photo moonrise-7.jpg photo moonrise-8.jpg
     photo moonrise-9.jpg photo moonrise-10.jpg
     photo moonrise-11.jpg

    Xvid | 608x448 | Mp3 | 721, 5 Mo

     photo moonrise-14.jpg


    Gail Russell

    0 0

    Cyrano de Bergerac
    1923 - 1hre 55
    DivX 5,0 | 720x480 pixels | Mp3 | 1,4 Go


     photo aff_cyramo-2.jpg
    Cyrano de Bergerac
    1923 - 1hre 55
    ---

    Court extrait
    ---
    Réalisateur: Augusto Genina
    Scénariste: Mario Camerini

     photo cyrano-2.jpg

    Distribution:

    Pierre Magnier: Cyrano de Bergerac
     photo cyrano-1.jpg

    Linda Moglia: Roxane
     photo cyrano-5.jpg

    Alex Bernard: Rageuneau
    Angelo Ferrari: Baron Christian de Neuvillette
    Umberto Casilini
    Gemma De Sanctis
    Roberto Parisini
    Maurice Schutz

     photo cyrano-3.jpg

    Cyrano de Bergerac, poète et fin bretteur, met un point d'honneur à faire respecter sa vision des choses. Ce personnage haut en couleur n'a qu'une faiblesse : il est affublé d'un nez imposant. C'est ce nez qui l'empêche depuis des années d'avouer son amour à sa belle cousine Roxane. Quand celle-ci vient lui annoncer une importante nouvelle, Cyrano ne se sent plus de joie. Sa déception est grande quand la jeune femme lui annonce qu'elle est amoureuse de Christian, aussi beau que superficiel. Le jeune homme, bien en peine d'écrire ou de dire de belles choses à son aimée, vient demander conseil à Cyrano. Premier long métrage adapté de l'oeuvre d'Edmond Rostand, ce film bénéficie d'un traitement de la couleur inédit pour l'époque.

     photo cyrano-7.jpg


     photo gr_cyrano-7.jpg
     photo gr_cyrano-1.jpg photo gr_cyrano-2.jpg
     photo gr_cyrano-3.jpg photo gr_cyrano-4.jpg
     photo gr_cyrano-5.jpg photo gr_cyrano-6.jpg
     photo gr_cyrano-8.jpg

    0 0
  • 12/21/15--02:08: Genina-1930-Prix de Beauté
  • Prix de Beauté
    (Miss Europe)
    1930 - 1hre 49
    Generic MPEG-4 | 640x464 pixels | Mp3 | 1,4 Go





    Prix de Beauté
    (Miss Europe)
    1930 - 1hre 49
    ---

    ---
    Réalisateur: Augusto Genina
    Réalisateur seconde équipe: Edmond T. Gréville
    Assistants réalisateur: Edmond T. Gréville, Fernand Lefebvre et André d' Ollivier
    Scénaristes: Augusto Genina, René Clair, Bernard Zimmer, Alessandro De Stefani
    Adaptateur: René Clair et Georg Wilhelm Pabst
    Dialoguiste: Bernard Zimmer


    Distribution:

    Louise Brooks : Lucienne Garnier



    Georges Charlia : André

    Augusto Bandini : Antonin
    André Nicolle : le secrétaire du journal
    Marc Ziboulsky : le manager
    Yves Glad : le maharajah
    Alex Bernard : le photographe
    Gaston Jacquet : le Duc
    Jean Bradin : Prince de Grabovsky



    Paris dans les années 30, un jeune couple heureux, André et Lucienne : il est ouvrier typographe, elle est dactylo. Un jour elle entend l'annonce d'un concours de beauté. Elle s'y inscrit à l'insu de son fiancé. Mais lorsqu'elle apprend qu'elle est bien placée, la jeune femme veut renoncer, prévoyant un drame. Trop tard : elle est élue Miss France et doit partir bientôt pour Toulouse, où va se dérouler le concours pour le titre de Miss Europe. Acclamée à tout rompre, elle triomphe de ses rivales. Et, dans la soirée qui est donnée en son honneur, commence à faire des conquêtes : un riche maharadjah aux yeux noirs, un prince plein de relations. S'apercevant que les attentions de ce dernier sont tout à fait intéressées, elle repart à Paris avec André venu la rejoindre. Le temps passe... Ils vivent ensemble dans un logis misérable, elle a dû dire adieu aux fourrures si gracieusement offertes à Miss Europe, et se contenter de vieux vêtements mal raccommodés. Mais les lettres d'admirateurs continuent à affluer, réclamant des photographies, des autographes. Et,un jour, une visite : le prince arrive en ambassadeur de la Gaumont. Miss Europe avait tourné un petit film qui a convaincu les producteurs. On lui propose un rôle. Elle refuse. Va rejoindre son ami à la sortie du journal où il travaille. Un camarade les invite et ils partent tous trois à une fête foraine. Bousculade, promiscuité, amusements grossiers ne sont plus du goût de Lucienne. Elle part dans la nuit, laissant un petit mot d'excuses à André. Et un espoir . « Je t'aime peut-être encore. » II guette son arrivée près de la salle de projection privée de la Gaumont. Caché derrière une porte et, pendant la projection, il voit le prince saisir la main de Lucienne. Fou de jalousie, il sort son revolver et tue celle qu'il aime. Et la chanson de conclure : « Ne sois pas jaloux. Je n'aime que toi ».


    • C'est René Clair qui devait initialement mettre en scène Prix de beauté, d'après un scénario qu'il avait lui-même écrit. Mais en raison d'une brouille avec la production, le projet lui échappa. De son projet initial, René Clair ne reconnaîtra dans le film que la scène finale.
    • Prix de beauté fut tourné en muet avant d'être sonorisé, assez lourdement, ce qui accroît encore un peu plus le côté collage étrange qu'a le film. Des doublages plaqués, des scènes de transition – plans de foules – qui semblent abusivement rallongées pour permettre aux messages diffusés par haut-parleurs de tenir en place, des acteurs qui jouent parfois en muet parfois en parlant, quelques scènes documentaires, du cinéma commercial mais pas seulement … un film à la fois plat et riche, qu'on dirait tourné par plusieurs réalisateurs. Et bien sûr la présence magnétique de Louise Brooks.














    Louise Brooks




    0 0


    C'est dur pour tout le monde
    1975 - 1hre 23
    Xvid | 720x448 | Mp3 | 1,3 Go


     photo aff_dur_pour_tous-2.jpg
    C'est dur pour tout le monde
    1975 - 1hre 23
    ---
    Court extrait
    ---
    Réalisateur: Christian Gion
    Scénaristes: Christian Gion et Jean-Louis Richard
    Dialoguiste: Jean-Louis Richard

     photo dur_pour_tous-1.jpg

    Distribution:

    Bernard Blier : Paul Tardel
     photo dur_pour_tous-2.jpg photo dur_pour_tous-3.jpg

    Francis Perrin : Dan Letellier
     photo dur_pour_tous-4.jpg

    Claude Piéplu : Marcel
     photo dur_pour_tous-6.jpg

    Caroline Cartier : Toby
     photo dur_pour_tous-5.jpg

    Nicole Rouge : Carole
     photo dur_pour_tous-9.jpg

    Robert Castel : Monsieur Gilles
    Bernard Le Coq : Laurent
    Hubert Deschamps : Martin
    Maurice Travail : Edmond
    Philippe Gasté : Étienne

     photo dur_pour_tous-7.jpg

    P.D.G. de Publistella, la célèbre agence de publicité, aux multiples ramifications, Paul Tardel envisage l'avenir avec sérénité. En effet, malgré la crise économique qui frappe durement les uns et les autres, les contrats n'ont jamais été si nombreux et les affaires si prospères. Paternaliste, intransigeant et souvent tyrannique, Tardel ne partage pas les responsabilités. Au sommet de son empire, il contrôle, organise, décide et ordonne; les autres sont là pour approuver puis exécuter sans broncher au nom du sacro-saint "intérêt de la maison". Devant certaines méthodes qu'il désapprouve, Dan, jeune homme aussi ambitieux que dynamique, tente vainement de se faire entendre. La réaction est brutale, il est mis à la porte: Tardel ne plaisante pas avec les fortes têtes qui font du mauvais esprit.

     photo dur_pour_tous-10.jpg

    Dan imagine alors de monter sa propre agence de publicité axée sur la promotion exclusive de produits aux qualités reconnues. Avec quelques amis, il s'installe sur une péniche et prospecte la clientèle. La chance aidant, plusieurs opérations réalisées avec succès assurent la renommée de T.T.C. (Tests et Travaux Comparatifs), non sans un surcroît de travail. Dan et son équipe ne ménagent pas leur peine et les commandes affluent bientôt tandis que Tardel ne décolère pas de voir ce "blanc bec" le narguer tout en lui faisant une concurrence qu'il ne peut tolérer. Après quelques tentatives de conciliation, devant le mutisme de son adversaire, Tardel décide d'employer les grands moyens: chantage, vol, dénonciation au fisc. Mais, une fois encore, ses efforts restent vains car, au bon moment, Dan brandit un dossier secret et menace...

     photo dur_pour_tous-11.jpg

    Xvid | 720x448 | Mp3 | 1,3 Go

     photo aff_dur_pour_tous-3.jpg

    0 0
  • 12/21/15--03:43: Gion-1978-Le pion
  •  photo aff_pion-01.jpg

    Le pion
    1978 - 1hre 25
    Generic MPEG-4 | 560x336 pixels | Mp3 | 692,5 Mo




     photo aff_pion-03.jpg
    Le pion
    1978 - 1hre 25
    ---
    ---
    Réalisateur et scénariste: Christian Gion

     photo pion-07.jpg

    Distribution:

    Henri Guybet : Bertrand Barabi, dit Bergerac
     photo pion-01.jpg

    Claude Jade : Dominique Benech
     photo pion-04.jpg
     photo pion-02.jpg photo pion-03.jpg

    Maureen Kerwin : Mademoiselle Thuillier
     photo pion-09.jpg

    Claude Piéplu : Le censeur
     photo pion-05.jpg

    Michel Galabru : L'inspecteur d'académie
     photo pion-06.jpg

    Claude Dauphin : Albert Carraud
    Bernard Musson : Boussignac, le directeur bègue
    Roland Giraud : Le ministre
    Mathieu Vermesh : Michel Benech

     photo gr_pion-05.jpg

    Bertrand Barabi est surveillant et professeur auxiliaire dans un lycée de province. Très chahuté par les élèves et mal vu des autorités à cause de ses méthodes pédagogiques jugées contestables, Bertrand passe le plus clair de son temps à écrire afin de pouvoir être admis à l'Académie des Belles Lettres et voir ainsi plus souvent le belle mademoiselle Thuillier, professeur de français et future agrégée, dont il est secrètement épris. Or, Bertrand ne se rend pas compte de l'attention que lui témoigne la mère d'un de ses élèves, le turbulent Michel Benech. Répétitrice de piano, Dominique Benech demande en effet à Bertrand, son voisin, de donner des cours particuliers à son fils. Bertrand accepte ce surcroît de travail, sans pour autant abandonner la littérature. Après avoir lu "Jeu d'échecs", Dominique encourage Bertrand et l'incite à écrire un roman. Mais au lycée, le censeur se décide brusquement à renvoyer Bertrand. Pour ce faire, il provoque une inspection surprise. Cependant, Michel est incidemment au courant de ce qui se prépare. Il prévient alors ses camarades et au jour J, l'inspecteur ne peut que constater la bonne tenue de l'étude, alors que le lycée est par ailleurs en ébullition. Maintenu dans ses fonctions, Bertrand poursuit la rédaction de son roman qu'il envoie bientôt à un éditeur parisien. Le livre est non seulement accepté, mais couronné. Grâce à son pseudonyme, Bertrand garde un temps l'anonymat, mais les journalistes ont tôt fait de révéler l'identité de ce "Goncourt introuvable". Cependant, le succès ne tourne pas la tête de Bertrand. Et c'est avec la complicité de ses élèves qu'il ridiculise même ceux qui lui ont fait du tort, avant d'aller retrouver la discrète et tendre Dominique qui l'attend.

     photo pion-08.jpg


     photo gr_pion-04.jpg
     photo gr_pion-01.jpg photo gr_pion-02.jpg photo gr_pion-03.jpg photo gr_pion-06.jpg


    Claude Jade
     photo 07-Claude_Jade.jpg


    Maureen Kerwin

    0 0


    Nous irons à Deauville
    1962 - 1hre 15
    DivX 5,0 | 488x304 pixels | Mp3 | 695, 5 Mo


    Nous irons à Deauville
    1962 - 1hre 15
    ---

    ---
    Réalisation : Francis Rigaud
    Scénario, Adaptation : Francis Rigaud, Jacques Vilfrid, Claude Viriot
    Dialogue : Jacques Vilfrid
    Assistants réalisateur : Jean Berthot, Rudy Le Roy


    Distribution:

    Michel Serrault : M Lucien Moreau, un collaborateur de M Mercier
    Photobucket

    Pascale Roberts : Mme Monique Moreau, la femme de Lucien
    Photobucket

    Claude Brasseur : M Maurice Dubois, un ami des "Moreau"
    Photobucket

    Colette Castel : Mme Jacqueline Dubois, la femme de Maurice
    Photobucket

    Michel Galabru : M Mercier, le patron de Lucien
    Photobucket

    Jean Carmet : Le porteur de bagages
    Photobucket

    Sacha Distel : Lui-même, en chanteur
    Roger Pierre : M Louis, un droguiste
    Jean-Marc Thibault : M Paul, l'autre droguiste
    Maurice Cafarelli : Le fils aîné de M Mercier
    Jean Richard : Siméon, l'ouvrier qualifié
    Berthe Granval : Sophie, la nièce de Lucien et Monique
    Mary Marquet : Mme Couffinous, la propriétaire des "Dunes Fleuries"
    Marie Daems : Marie-Laure Spinoza, la femme du monde
    Jacqueline Doyen : Fernande Mercier, la femme du patron de Lucien
    Jean-Pascal Duffard : Le fils cadet des Mercier
    Eddie Constantine : L'ami de la pin-up sur la plage
    Tony Milton : Lui même en chanteur
    Alvaro Gheri : Alvaro, le chauffeur de Mme Spinoza
    Yves Elliot : Le garagiste
    Brigitte Naville : La pin-up au petit chien
    Louis de Funès : Ludovic Lambersac


    Photobucket

    Deux amis décident de partir en vacances à Deauville avec leurs femmes et la nièce de l'une d'elle. Les difficultés commencent sur la route, avec les embarras de la circulation et une altercation avec un automobiliste.La villa, louée par correspondance, se trouve dans un état de délabrement complet. Nos deux amis se trouvent involontairement mêlés à une cascade de gags en essayant de la rendre habitable. Pour comble de déboire, la malle, expédiée par le train, est égarée par le commissionnaire. Un des amis rencontre, sur la plage, son patron, un original qui s'astreint « méthodiquement » à la discipline naturiste, ce qui lui vaut de nombreuses mésaventures comiques. Il se trouve acculé,à bout d'arguments, à proposer à son patron de venir camper sur la pelouse de sa villa. Le patron vient, avec toute sa famille, installer sa tente ; mais un orage oblige les nouveaux venus à se réfugier dans la maison. Sur ces entrefaites, une « surprîse-party » est organisée par les nombreux amis de vacances de la nièce. Les deux ménages, pour goûter un peu de tranquillité, partent en croisière sur un petit bateau. La malle, enfin retrouvée, tombe à la mer au moment du chargement.

    Photobucket




    0 0
  • 12/21/15--04:46: Rigaud-1964-Les gros bras
  • Les gros bras
    1964 - 1hre 20
    DivX 5,0 | 700x460 pixels | Mp3 | 845 Mo

    Les gros bras
    1964 - 1hre 20
    ---

    ---
    Réalisation : Francis Rigaud
    Scénario : Claude Viriot, Jacques Vilfrid
    Adaptation et dialogues : Jacques Vilfrid
    Assistant réalisateur : Jacques Corbel

    Photobucket

    Distribution:

    Roger Pierre : Philippe Bareil, le fiancé de Nicole et photographe de l'agence
    Jean-Marc Thibault : Jean Rodin, le frère de Nicole, réalisateur de roman-photo

    Photobucket

    Patricia Viterbo : Nicole Rodin, la fiancée de Philippe et sœur de Jean



    Claudine Coster : Barbara Jones, la danseuse



    Yvonne Clech : Graziella Andromèze
    Photobucket

    Francis Blanche : Mr Pédro Andromèze
    Photobucket

    Darry Cowl : Ludovic Gabasse, le patron de l'agence de roman-photo
    Photobucket

    Daniel Ceccaldi : Giovanelli, le voleur de bijoux
    Jean Galland : Le directeur de l'hôtel
    Jacques Castelot : Otto Werner
    Jacques Legras : L'expert en bijouterie
    Jean-Loup Philippe : Éric, le frère de Barbara
    Charles Bouillaud : Le concierge de l'hôtel "Prince de Galles"
    Henri Djanik : Kramil, un joueur de poker
    Fernand Guiot : Le commissaire


    Photobucket

    Descendant d'avion à Orly, une passagère est délestée d'un superbe bracelet de diamants que le voleur, pour passer la douane, glisse dans le sac d'une jeune fille, Nicole. Lorsque Jean, son frère, et Philippe, son fiancé, trouvent le bijou qui est tombé de son sac, ils quittent de toute urgence l'atelier de Ludovic, patron farfelu pour lequel ils réalisent des romans-photo, pour se mettre à la poursuite de leur soeur et fiancée, elle-même poursuivie par le galant voleur qui voudrait bien récupérer le précieux dépôt. Les journaux annoncent le vol du bijou et les jeunes gens comprennent que sa présence entre les mains de Nicole est fortuite. Ils se précipitent donc à l'hôtel « Prince de Galles » où est descendue l'infortunée propriétaire, Mme Andromes, pour lui rendre son bien. Celle-ci est ravie mais son mari, Brésilien explosif, l'est moins car il redoute l'expertise de la compagnie d'assurance : le bracelet est faux, l'original ayant été offert par lui à une jeune danseuse descendue au même hôtel, dont il brigue les faveurs.

    Photobucket

    Il faut donc sans tarder opérer la substitution : ce sont nos deux photographes qui vont employer toutes les ressources de leur fertile imagination pour retarder l'expertise et retrouver la trace du vrai bracelet car la jeune danseuse, impécunieuse, s'en est défait et l'a remplacé par une copie. De couloirs en escaliers, ils remontent la filière, aidés de Nicole, harcelés par le bouillant Mr. Andromes, suspectés par la police. Alors qu'ils touchent au but, le bracelet, le vrai cette fois-ci, est à nouveau dérobé sous leurs yeux par le même voleur. Mais celui-ci a été reconnu par la jeune fille : poursuite échevelée à travers l'hôtel qui se termine par un passage en tornade dans les cuisines où voltigent bientôt les tartes à la crème. Le voleur, essouflé, abandonne le bijou dans un seau à Champagne : tout est bien qui finit bien. Mais justement ce n'est pas fini : notre voleur obstiné, affublé d'une barbe, réussit à se faire engager par le trépident Ludovic, ce qui lui permet de voler encore une fois le fameux bracelet à Mme Andromes qui avait accepté de figurer dans le roman-photo inspiré par sa mésaventure.

    Photobucket


    Patricia Viterbo



    Claudine Coster

    0 0


    Faites donc plaisir aux amis
    1969 - 1hre 23
    Xvid | 704x396 | Mp3 | 706 Mo



     photo aff_faites_plaisir_amis-2.jpg
    Faites donc plaisir aux amis
    1969 - 1hre 23
    ---
    Court extrait
    ---

     photo aff_faites_plaisir_amis-1b.jpgFaites donc plaisir aux amis
    1969

    Réalisateur: Francis Rigaud
    Scénaristes: Francis Rigaud, Jacques Vilfrid et Claude Viriot

    Distribution:

    Roger Pierre : Jean-Louis Brunel
    Jean-Marc Thibault : Lucien Barjon
    Francis Blanche : Maximilian
    Sophie Agacinski : Julie
    Jacques Legras : L'inspecteur Grossard
    Christian Marin : Le barman
    Christiane Minazzoli : Jacqueline
    Marcelle Arnold : Madame Barjon
    Jacques Dynam : Robert Garaudet
    Nathalie Courval : Madame Garaudet
    Robert Rollis : Le barman de l'auberge
    Pierre Tornade : Léon, le mari trompé
    Elisabeth Teissier : La femme de Léon

    Vendeur de voitures, Jean-Louis demande à son ami Lucien qui possède le garage où il travaille, d'inverser les rôles pour faire croire à son frère Maximilien, qui rentre d'Amérique du Sud, qu'il est riche .....

    ---
      
    ---

    Xvid | 704x396 | Mp3 | 706 Mo

     photo gr_faites_plaisir_amis-2.jpg


    0 0


    Hiroshima mon amour
    1959 - 1hre 26
    DivX 5,0 | 704x528 | AC3 | 796 Mo



     photo aff_hiroshima_mon_amur-2.jpg
    Hiroshima mon amour
    1959 - 1hre 26
    ---
    Bande annonce
    ---

     photo aff_hiroshima_mon_amur-3.jpegHiroshima mon amour
    1959

    Réalisateur: Alain Resnais
    Assistant réalisateur: Jean Léon
    Scénariste et dialoguiste: Marguerite Duras

    Distribution:

    Emmanuelle Riva (Elle)
    Eiji Okada (Lui)
    Stella Dassas (La mère)
    Pierre Barbaud (Le père)
    Bernard Fresson (l'allemand)

    A Hiroshima où elle tourne un film pour la paix, une Française et un Japonais se sont rencontrés. Chacun d'eux est marié. Pourtant ils s'aiment et passent ensemble leur première nuit. Il lui semble, à lui, impossible de la quitter. Restera-t-elle ou non ? Ils échangent leurs pensées, veulent tout posséder, tout savoir, tout garder l'un de l'autre, réduire l'espace et le temps. Lui, c'est Hiroshima. Elle c'est Never. Son passé à lui c'est l'explosion de la bombe atomique, une catastrophe apocalyptique. Son passé à elle, c'est son premier amour de jeune fille, un Allemand, tué à la Libération, la peur des femmes tondues, une catastrophe du coeur. L'un et l'autre se souviennent mais les catastrophes, grandes et petites, passent avec le temps, et l'un et l'autre oublieront. Et parce que le présent d'aujourd'hui sera le passé de demain, ils devront se séparer.


    ---
    ---


     photo hiroshima_mon_amur-1.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-2.jpg photo hiroshima_mon_amur-3.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-4.jpg photo hiroshima_mon_amur-5.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-6.jpg photo hiroshima_mon_amur-7.jpg

    • Festival de Cannes 1959 : Sélection officielle3
    • Prix Méliès en 1959.
    • Grand Prix de l’Union de la critique de cinéma en 1960.
    • Prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique.
    • Prix de la société des écrivains de cinéma et de télévision.
    • Prix de la Fédération socialiste des ciné-clubs.
    • « Victoire 1959 » attribuée par les journaux Le Figaro, Cinémonde et Le Film français, après un référendum auprès des professionnels du film.

     photo hiroshima_mon_amur-8.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-9.jpg photo hiroshima_mon_amur-10.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-11.jpg photo hiroshima_mon_amur-12.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-13.jpg photo hiroshima_mon_amur-14.jpg

    DivX 5,0 | 704x528 | AC3 | 796 Mo

     photo hiroshima_mon_amur-15.jpg photo hiroshima_mon_amur-16.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-17.jpg photo hiroshima_mon_amur-18.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-19.jpg photo hiroshima_mon_amur-20.jpg
     photo hiroshima_mon_amur-21.jpg

     photo aff_hiroshima_mon_amur-6.jpg


    Emmanuelle Riva

    0 0




    L'année dernière à Marienbad
    1961 - 1hre 45
    Generic MPEG-4 | 720x304 pixels | AC3 | 1,4 Go





    L'année dernière à Marienbad
    1961 - 1hre 45
    ---

    ---
    Réalisation : Alain Resnais
    Assistant : Volker Schloendorff
    Scénario et dialogues : Alain Robbe-Grillet

    Photobucket

    Distribution:

    Delphine Seyrig : A, la femme



    Giorgio Albertazzi : X, l'homme
    Sacha Pitoëff : M, le joueur invétéré
    Françoise Bertin : un personnage de l'hôtel
    Luce Garcia-Ville : un personnage de l'hôtel
    Héléna Kornel : un personnage de l'hôtel
    Françoise Spira : un personnage de l'hôtel
    Karin Toche-Mittler


    Photobucket
    Photobucket
    Photobucket

    Pierre Barbaud : un personnage de l'hôtel
    Wilhelm von Deek : un personnage de l'hôtel
    Jean Lanier : un personnage de l'hôtel
    Gérard Lorin : un personnage de l'hôtel
    Davide Montemuri : un personnage de l'hôtel
    Gilles Quéant : un personnage de l'hôtel


    Photobucket

    Dans un palace de ville d'eau allemande, au cours d'une soirée théâtrale, un homme rencontre une femme et s'efforce de la faire se souvenir, ou de la persuader qu'un an auparavant, à Marienbad, elle lui a promis de partir avec lui. Tantôt dans les salons de l'hôtel, tantôt dans le parc, tantôt dans la chambre de la jeune femme, il sera là, toujours insistant, persuasif, inquiétant.

    Photobucket

    Et le film se déroule tantôt au présent, tantôt au passé, tantôt au futur, reprenant sans cesse le débat de l'héroïne qui lutte contre un souvenir dont elle n'est pas sûre, ou dont elle ne veut pas, ou qu'elle souhaite ; tantôt l'acceptant, tantôt le repoussant, tantôt le désirant. Un autre homme, son mari ou son amant, essaie de la retenir un instant ; mais sans avoir donné de réponse positive à celui qui l'assiège, elle part se perdre dans le labyrinthe du grand parc à la française où cet homme n'est pas sûr de la rejoindre.

    Photobucket

    • Prix Méliès en 1961
    • Lion d'or à Venise en 1961







    0 0
  • 12/23/15--00:46: Je suis Cathare

older | 1 | .... | 179 | 180 | (Page 181) | 182 | 183 | .... | 265 | newer